Schulen der Union / Des Écoles de l'Union - une utopie?
(deutsche Fassung in Arbeit)

Chaque corps social se dote d’écoles qui reproduisent son consensus acquis et l’enracinent dans le cœur des jeunes. L’Union Européenne elle aussi, fédération d’Etats réunie enfin après des siècles d’hégémonismes, de nationalismes et de colonialismes, doit pour s’ancrer dans les consciences de ses citoyens, créer un réseau d’Ecoles de l’Union.

Les Ecoles de l’Union dont il est question dans l'appel qui suit, sont des écoles secondaires pour filles et pour garçons de dix à dix-huit ans et en même temps des internats et des lieux d’apprentissage, fondés sur l’Exemple et la Pratique. À ces principes des grands pédagogues, nous ajoutons l’idée du parrainage.

L’exemplarité

Les enseignants et les éducateurs (des deux sexes, avec ou sans famille) partagent la vie des jeunes.

Les jeunes viennent d’au moins deux nationalités, de préférence voisines.

On enseigne et pratique au moins une des langues d’un pays voisin. En Transylvanie, p.ex., ce serait le hongrois, en République tchèque l’allemand, en Aquitaine le basque ou l’espagnol. La première langue scolaire est celle du pays, et la troisième une langue répandue de l’Union.

Les Ecoles de l’Union se servent des infrastructures et s’insèrent dans les systèmes scolaires existants. Les candidats sont recommandés par des instituteurs ou d'autres personnes ayant remarqué leur vocation; ils subissent un examen par une commission nationale supervisée par le commissaire de l’Union.

La moitié des élèves vient de familles ne disposant pas des moyens pour la formation adéquate de leur enfant, ou bien sont orphelins ou vivent loin de leurs proches, ayant fait l’expérience de guerres ou de fuite. Ces frais de scolarité sont à la charge de l’Union Européenne.

Les autres places sont attribuées à des jeunes venant de familles désireuses de les voir grandir dans un climat d’ouverture et de renouveau social. Ces places sont payantes selon la situation financière des parents.

Souvent donc, les élèves seront issus de situations familiales difficiles, ce à quoi leurs éducateurs doivent être préparés.

En dehors d'un enseignement exigeant la compétence, suscitant l’intérêt, favorisant la créativité et valable partout en Europe, l’Ecole de l’Union offre l’apprentissage d’un métier classique et une éducation qui rend sociable et apprend le respect des autres.

Les élèves apprennent à connaître aussi bien le progrès actuel que l’héritage et le savoir des générations qui les ont précédés. Chaque école est une unité économique disposant d'un budget. Elle est gérée selon les paradigmes de l’économie circulaire protégeant l'environnement.


La Pratique


En réponse aux urgences d’un monde ultra-spécialisé, elle met en avant la Pratique, y compris le travail manuel. Le diplôme de l’Ecole de l’Union comprend l’apprentissage d’un métier, p. ex. de celui de cuisinier, de jardinière, de mécanicienne, d’agriculteur. Les élèves apprenti*es perçoivent un petit salaire, le même dans toute l’Union. L’apprentissage dure deux ans normalement et a lieu parallèlement à l’enseignement. Les ateliers sont choisis selon les données du lieu. Associer l’amour du travail manuel bien fait au savoir intellectuel, c'est aussi assurer la transmission d’un savoir-faire menacé de disparition mais indispensable en temps de crise.

A partir d’un certain âge, les jeunes s’impliquent dans les travaux quotidiens, ils font le tri, ils servent à table etc.

On met à leur disposition des laboratoires scientifiques et artistiques, des livres et des médias.

Ils prennent part à toutes sortes de compétitions sportives et de jeux tels que les échecs.

Ayant atteint le niveau linguistique indispensable, chaque classe passe un semestre dans une école équivalente d’un autre pays.

L’économie, l’écologie et les relations internationales sont des matières à part entière dans les emplois du temps.

Sans familiarité avec les religions et les civilisations d’Europe, les élèves ne pourraient pas affronter le présent.

Au lieu de faire du tourisme scolaire, ils s'initient aux arts et aux sciences, et ils s'impliquent dans le journal ou le site internet de l’école.

Après leurs études, les élèves passent au moins un semestre dans une institiution sociale.

Selon les possibilités, en réhabilitant des infrastructures disponibles, des anciennes casernes, monastères, usines etc., les Ecoles de l’Union sont situées à un emplacement permettant le contact avec la nature.

Pour être gérable, une Ecole de l’Union ne comptera pas plus de 500 élèves. Le proviseur ou la proviseure est élu(e) par les professeurs et les contremaîtres, avec l’accord du ministre ou commissaire national et européen. C’est le proviseur/la proviseure qui choisit les professeurs, après examen et concertation avec son/sa supérieur*e, le ou la responsable de l'internat et celle/celui des ateliers. En cas de décisions graves à prendre, il ou elle convoque le Conseil de l’Ecole qui est constitué des enseignantes et éducateurs/éducatrices, des maîtres, des délégué*es apprenties des classes et de trois représentant*es des Parrains et Marraines (vide infra). Dans l’intérêt commun, il(elle) est tenu d’écouter attentivement et de prendre en compte leurs conseils.


Des parrains et marraines


Malgré leurs mérites historiques, bien des internats même les plus réputés, qu'ils relèvent de l'enseignement privé ou public, ont connu des cas abominables d’abus. Afin de les éviter, notamment en pensant aux enfants les plus vulnérables sans famille, il faut créer un réseau de parrains et de marraines. C’est auprès de ces bénévoles que les enfants seules ou orphelines trouvent soutien, protection et refuge en cas de besoin. Les parents des élèves, les responsables régionaux et nationaux, le commissariat européen, les professeurs, éducateurs et éducatrices, les maîtresses et maîtres et ceux/celles qui recommandent les candidat*es coopèrent à trouver ces bénévoles. Leur contribution est essentielle au bon fonctionnement de l’Ecole de l’Union.


version de mai 2021 / reproduction permise avec le consentement de l'auteur qui prie les interessé*es de le contacter

Willibald Feinig
Bahnstraße 3a · 6844 Altach, Österreich